Nous en sommes au merdredi : pourri... Tilou a fait la loque humaine toute la journée. Tellement que le soir, j'ai craqué et je suis allée lui chercher son jeu. Mais voilà... Pas trouvé. Plus de jeu nulle part. Le drame... Il a pleuré, et pleuré comme je ne l'avais pas entendu pleurer depuis longtemps. La première fois je l'ai disputé de se mettre dans cet état pour un jeu, deux fois je l'ai consolé. J'ai bien vu que le malaise était plus profond. On a fini par appeler M.Kelkun qui a réussi à le calmer...

La fin de semaine s'est un peu mieux passé (fallait en vouloir pour faire pire !), et l'arrivée de M.Kelkun le WE a requinqué Tilou. Il avait retrouvé son tonus et sa joie de vivre, jusqu'à hier soir. A 20h, il a commencé à tirer la tête, à 21h, il avait le visage totalement fermé. J'ai tenté une discussion, et il en est sorti des trucs du genre "Je ne suis pas bien car je suis obligé de m'asseoir tout seul dans le bus." ou "Mon copain il m'oblige à jouer au loup et je veux pas", ou "je suis contrarié car j'ai pas eu mon jeu...." Donc je me suis fâchée qu'on ne se mettait pas dans cet état pour des trucs idiots comme ceux là, etc... Il est devenu figé, un vrai mur. J'ai passé le relais à M.Kelkun qui est redecendu à 22h30 après une longue discussion. Conclusion : son papa d'avant lui manque beaucoup, beaucoup, beaucoup...

Que dire, que penser... Est-ce réellement vrai, ou est-ce un moyen de se dépêtrer de nous, est-ce la réponse qui nous convient pour le laisser tranquille, est-ce une bonne excuse pour être exécrable ? Pourquoi ne le dit-il pas tout de suite au lieu de passer 1h à donner des excuses bidon...

Voilà, 4 mois de mal-être, un mois de mieux, et on est reparti de plus belle avec les angoisses et le stress.